écrit par Jean-Charles Morisseau et Mathieu Palain

D'un 11 Septembre à l'autre

Pourquoi un livre ?

ob_de42b9_couv-11-sept-lansman.jpg

La création théâtrale, parce qu'elle est vivante, est un art éphémère. Sitôt le triomphe du théâtre de la Ville digéré, sitôt la fierté de chacun avalée, 11 septembre 2001 est une aventure qui se conjugue au passé. L'écriture de ce livre participe du projet 11 septembre pour en prolonger le plaisir sur 300 pages, revenir sur le miracle qu'a représenté cette compagnie éphémère.

Les souvenirs sont intenses mais s’estompent avec le temps. 

Le réalisateur Guy Girard a tout filmé. Ou presque tout. Mais le film ne peut pas parler de tous les sujets et la durée a obligé à des coupes.

Le livre est une façon de raconter toute l’histoire, de la genèse aux représentations, en passant par le travail à l’école et en coulisses. De raconter tous les personnages : l’auteur, le metteur en scène, les élèves mais aussi les comédiens professionnels, les professeurs, les associatifs.

Le livre permet aussi de réfléchir à l’expérience et d’en tirer des conclusions utiles pour d’autres projets.

« Me voilà dans cette salle de classe avec tous ces inconnus qui me présentent un projet dont j’ignore encore presque tout. Ils parlent chacun à leur tour en souriant, en espérant me convaincre. Je les écoute parler (…). Mais j’ai l’impression que ça demandera beaucoup de travail et je ne sais pas si j’en serai capable. C’est comme un grand combat intérieur entre ma fainéantise et mon envie de participer à ce projet. Je ne sais pas qui sera le vainqueur. » 

—  Moussou,

lycéen à Aulnay-sous-Bois

Les auteurs 

Jean-Charles Morisseau

Mathieu Palain

Mathieu Palain rêvait d'être footballeur ou prof de sport ; le livre de Florence Aubenas, La Méprise, le guidera vers le journalisme. Peut-être aussi parce qu'il fut jadis un gosse en colère contre les médias après les avoir vu débouler dans sa banlieue comme on va à la guerre.

 

Lorsqu'il entendra parler de ce projet développé dans le 93, il n'hésitera pas un instant à en donner des échos et surtout à suivre de près le travail de ces jeunes que rien ne prédestinaint à monter sur les planches.

Passionné de théâtre et chef d’entreprise, comme l’était Michel Vinaver, il a initié et co-produit le projet 11 Septembre 2001.

 

Ayant partagé les joies et les peurs de tous les acteurs de cette aventure, il a souhaité en raconter les épisodes et en décrire les multiples facettes. Le théâtre est pour lui un vecteur de progrès et de communion entre individus qui transcende les âges, les genres et les catégories économiques et sociales.

Grand voyageur, habitant en alternance à Paris et à New York, il est passionné par les différences culturelles des nombreuses régions qu'il visite. Un regard naïf, sans prétention académique, amateur mais curieux, bienveillant et enthousiaste devant la diversité et la beauté du monde.