Photo-11S-19.jpg

Un parcours éducatif et culturel

Au cœur des lycées de Seine-Saint-Denis

« D’un 11 septembre à l’autre » est conçu comme un voyage qui comprend une pratique artistique indissociable du parcours culturel et pédagogique, puisque les deux volets s’alimentent mutuellement.

Ils ont 16 ou 17 ans, ils habitent la Seine-Saint-Denis, ils y sont lycéens en classe de première ou de seconde au sein de trois lycées du département : le lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois, le lycée Jean Renoir à Bondy et le lycée Évariste Galois à Noisy-le-Grand.

Trois établissements aux sociologies différentes qui rendent compte de la diversité et de la richesse d’un territoire d’ordinaire stigmatisé en raison de ses difficultés.

Dans chacun de ces établissements, les équipes pédagogiques se sont mobilisées avec le chef d’établissement pour permettre à ces lycéens, par le biais d’un travail artistique et culturel, de s’ouvrir au monde d’aujourd’hui, de le questionner, mais aussi d’y prendre part.

 

Citoyenneté jeunesse élabore avec les enseignants un parcours culturel qui ouvre les lycéens à des connaissances multiples sur cet événement. Le parcours culturel offre une approche différente de l'actualité, de l'histoire et leur donne les moyens de dépasser le savoir académique, de « fréquenter » des points de vue différents, de sortir d'une vision manichéenne du monde. L’un des objectifs de ce projet à dominante théâtrale est d’articuler une réflexion de longue haleine, sur la société toute entière et son humanité.

Au bout du voyage, « D’un 11 septembre à l’autre  »  emmène les élèves sur le plateau d’une grande scène de théâtre. Là où l’expérimentation sera l'opportunité d’activer des potentialités créatrices qui leur permettront d’être des individus mieux préparés à affronter la vie, des citoyens à l’esprit critique aiguisé, des adultes.

Citoyenneté jeunesse
Citoyenneté jeunesse est une association d’éducation artistique et culturelle fondée en 1987 qui déploie ses activités dans le champ artistique, culturel et citoyen en direction des jeunes de la Seine-Saint-Denis. Depuis plus de vingt ans, Citoyenneté jeunesse permet aux jeunes d’expérimenter, d’éprouver et de réfléchir l’art de manière active et de cultiver ainsi leur intelligence, leur sensibilité et leur esprit critique.

Une expertise de terrain au service de l'Éducation nationale

 

Cette expérimentation se conduit principalement sous la forme de projets artistiques et culturels effectués dans la durée. Ces parcours mettent en relation la transmission des savoirs par l’école, la vie culturelle et la création artistique du territoire de l’Île-de-France ainsi que l’apprentissage de la citoyenneté et de la vie en société. Les projets ne sont pas préfabriqués, Citoyenneté jeunesse les élabore en étroite collaboration avec l’équipe pédagogique pour nourrir, l’année scolaire durant, une pratique, une réflexion, une découverte. L’association cherche en effet à trouver le point de rencontre entre la démarche pédagogique des enseignants et une proposition de « pédagogie du détour ». Un projet se nourrit de rencontres, de visites, de spectacles, de pratiques artistiques et culturelles pour que les élèves puissent expérimenter, éprouver, réfléchir mais aussi rêver et inventer.

Un objectif : la lutte pour l'égalité des chances

Citoyenneté jeunesse exerce son action dans un contexte d’inégalités sociales. Ses initiatives s’appliquent à les corriger dans le champ culturel. Ses actions sur le terrain favorisent l’accès à tous au monde de l’art et de la culture.

Travailler en marge
Photo-WE03B-011.jpg

Un grand auteur vivant, un metteur en scène reconnu et présent au monde, un chorégraphe passionné, passionnant et poétiquement engagé, un texte fort et magnifique qui, s'il active la mémoire, est entièrement ancré dans le présent...

 

Il y a là les éléments d'un projet qui ambitionne de passer de la bonne conscience à la conscience.

 

L'écriture de Michel Vinaver, dont Arnaud Meunier dit qu'elle « intrigue, rend curieux, donne envie d'en savoir plus » résonne en écho avec les missions essentielles de Citoyenneté jeunesse d'offrir aux jeunes de la Seine-Saint-Denis, grâce aux artistes, une ouverture sur le monde et les moyens d'y prendre leur place.

J'accueille avec enthousiasme l'envie d'Arnaud Meunier d'aller à la rencontre de cette jeunesse-là, porteuse d'une ferveur et d'une énergie bien souvent occultés.

Nous avons pour ambition de mobiliser les « outils » de l'art et de la culture pour que les interprétations du monde faites par les artistes soient sujets d'interrogations, de réflexions, de débats, j'allais écrire de démocratie.

 

Nous voulons inscrire l'éphémère des artistes dans la durée, inscrire les fragments de leurs évocations dans de la cohérence.

 

Susciter, accueillir et donner des chemins possibles pour structurer l'expression du désir et de l'émotion de la jeunesse est partie intégrante de notre responsabilité. On sait tous que lorsque la machine désirante s'enraille on le paie cher.

 

Donner à voir, à entendre, à réfléchir le travail de l'interprétation du sens. C'est peut-être cela le défi aujourd'hui.

 

Suivre avec des lycéens des chemins de traverses pour aborder les grandes questions qui font sens pour eux mais aussi pour nous, c'est avoir l'audace de penser que la fiction nous aide à penser le réel.

On travaille donc un peu en marge... des programmes, des pratiques scolaires, des horaires, des savoirs habituels de l'école, on travaille en marge mais avec la conscience, comme le disait Jean-Luc Godard, que c'est la marge qui tient le texte.

 

Jean-Michel Gourden, directeur de l'association Citoyenneté jeunesse

"Le texte de Michel Vinaver évite que nos élèves aient le sentiment que les textes de théâtre sont loin d’eux ou ne les concernent pas. Le théâtre contemporain, ce sont avant tout des questions d’aujourd’hui dans une langue d’aujourd’hui. Ce que j’en espère ? C’est que la participation à ce projet change leur vie ! Et en tout cas, qu’elle leur donne un fort sentiment d’existence et une ambition nouvelle."
 

—  Marie-Laure Basuyaux, 

professeur de Lettres au Lycée Voillaume, Aulnay-sous-Bois 

Les lycées partenaires

Trois classes de Première, dans trois lycées, dans trois villes différentes de Seine-Saint-Denis, participent au projet « D’un 11 septembre à l’autre »

Lycée Évariste Galois – Noisy-le-Grand (62 000 habitants)

Proviseur Monsieur Ricci


Lycée polyvalent (enseignement général et technologique, enseignement professionnel, classes de BTS). Ouvert en 1992, à l’architecture de paquebot, il accueille des élèves d’origines très diverses et vit cette mixité comme un atout. La classe choisie pour le projet est une classe de 1ES, section a priori particulièrement intéressée par l’actualité, l’histoire, les sciences sociales. Les 34 élèves qui ne se connaissent pas encore très bien, viennent de différentes classes de seconde (25 filles et 9 garçons). Outre le travail scolaire qui sera partiellement organisé autour du 11 septembre et de la pièce de Michel Vinaver, il sera proposé aux élèves un  certain nombre de sorties culturelles, et de les faire réfléchir au rôle fondamental de la culture dans la perception du monde qui nous entoure.
 

Lycée Jean Renoir – Bondy (53 300 habitants)

Proviseur Monsieur Nasari


Lycée général et technologique, cité scolaire de 1 800 élèves de la 6ème aux classes de BTS, avec environ 250 membres du personnels. Le lycée recrute sur cinq collèges situés pour la plupart en ZEP ou zone sensible. Depuis quatre ans, le travail en interdisciplinarité et en équipe autour de projets pédagogiques annuels s’est enraciné à Jean Renoir dans le cadre de l’expérimentation initiée par l’IEP Paris en 2005. Chaque année, des classes se sont inscrites dans des projets autour du théâtre. Le projet « D'un 11 septembre à l'autre » est dans la continuité du travail accompli au lycée. La classe de 1ES choisie a 24 élèves et 8 personnes de l’équipe pédagogique sont engagées dans ce projet. Il est exploitable à tous les niveaux dans les différentes disciplines (histoire, français, langues, EPS et sciences économiques et sociales) avec des regards et des cours à plusieurs voix. Une partie du travail sera évaluée pour le bac dans le cadre des Travaux Personnels Encadrés (coefficient 2). Le thème abordé dans la pièce de Michel Vinaver donnera lieu à des débats et développera l’esprit critique sur les événements et le traitement de l’information dans les médias.

Lycée Voillaume – Aulnay-Sous-Bois (81 600 habitants)

Proviseur Monsieur Tomasi


Créé en 1962, le lycée Voillaume accueille aujourd’hui près de 2 000 élèves au sein d’une cité scolaire qui regroupe un lycée général et technologique et un lycée professionnel. Classé « Lycée sensible » et « Zone de prévention violence », le lycée s’attache à relever plusieurs défis. Le premier consiste à proposer une formation diversifiée et de qualité aux élèves qui ont le choix entre quinze baccalauréats différents  et aux étudiants qui peuvent poursuivre leurs études post-bac en BTS (dans les domaines industriels et tertiaires) ou en DCG (Diplôme de comptabilité et de gestion). Récemment, le lycée a ouvert une filière L (littéraire) ainsi que les options Histoire des Arts et Cinéma-Audiovisuel. Le deuxième défi est de parvenir à faire naître une véritable ambition chez des élèves issus à 75 % de catégories socio-professionnelles défavorisées. Les nombreux partenariats qu’a conclus le lycée Voillaume avec des Grandes Écoles ou des institutions culturelles y participent largement, qu’il s’agisse de ceux orientés vers les sciences (avec l’École des Mines, l’Association Tremplin-ENS Ulm, le lycée Saint-Louis) ou vers les arts (avec le Louvre, l’École d’Art Claude Monet, le Forum du Blanc-Mesnil, etc.).


 

Générique

Enseignants et proviseur du lycée Évariste Galois à Noisy-le-Grand : Christine Morel, Danièle Labadie, Valérie Chevalier et Silvano Ricci  

Enseignants et proviseur du lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois : Marie-Laure Basuyaux, Mohammed Nabi, Antoine Branthomme, Cécile Garnier, Caroline Abiven et François Tomasi

Enseignants et proviseur du lycée Jean Renoir à Bondy : Muriel Tiano, Didier Karkel, Géraldine Mars, Hélène Cumin, Philippe Destelle, Denise Revire, Magalie Roussel et Fernand Nasari 


Chargée de la coordination générale des ateliers artistiques : Nathalie Matter

Citoyenneté jeunesse
Directeur : Jean-Michel Gourden
Chargée des relations avec les partenaires : Sabrina Benhamouche
Chargées de projets : Carolina Cordova, Aurélie Leprette et Claire Jarreau